Rechercher

Au sein de Paris - Christian de la Hubaudière

Et si tous les hommes étaient égaux à un moment de leur vie, c'est bien à l'enfance nourris aux mêmes seins qu'ils soient riches ou pauvres.





Dans ce roman historique on va suivre Marguerite, une nourrice Normande qui comme de nombreuses femmes s’exile à Paris chercher des bébés à nourrir. En effet en 1740 beaucoup de bourgeois et riches couples donnaient à nourrir et à élever leurs enfants à la campagne. S’en suit l’histoire de ces femmes, de ce village de Saint Dénis, de la vie qui gravite autour de ces nourrices et surtout de tous les changements qu’a apporté ce siècle pré révolutionnaire. ⚜️


J’ai adoré ce livre ! C’était historiquement parlant, passionnant. L’auteur a fait de nombreuses recherches et a poussé vraiment ses écrits très loins ça se ressent dès les premières pages. Le lecteur est complètement immergé dans cette vie campagnarde du XVIIIème siècle. Christian de la Hubaudiere a su rendre à son récit un parfait équilibre entre faits historiques et histoire romancée.


"Pourtant si ces adultes se déchiraient pour leurs opinions politiques, n'avaient-ils pas été nourris au mêmes seins, du même lait, par les nourrices de provinces ? Elles n'y avaient pas regardé de si prés quand il s'était agi de prendre soin des petits, qu'ils fussent enfants de bourgeois ou enfants trouvés. Elles les avaient tous aimés autant les uns les autres."

J’ai beaucoup appris sur les échanges de bébés, les nourrices, le début de l’émancipation des femmes au final. Mais ce roman ne s'arrête pas la! On apprend beaucoup de choses sur les métiers de l’époque et les industries qui se sont installées dans la région et le contexte politico-religieux à Paris. Dans cette histoire on découvre la ferronnerie, les dentellières, la faïencerie, le maréchal ferrant, les passeurs, les bouchers et surtout les nourrices. Autant de métiers et de dispositifs économiques qui y sont parfaitement détaillés. D’un côté ce livre est très dense d’informations mais aussi très accessible. Je me suis régalée moi qui adore cette période de l’histoire. Je recommande fortement à tous les passionnés de l'histoire de France du XVIIIe.


"Au XVIIIe siècle, les Parisiennes n'allaitaient pas leurs nouveau-nés, au nombre de 20 à 22 000 par an. Les plus riches (5 % environ) les plaçaient chez des nourrices proches de Paris, plus chères. Les moins riches (5 % également) les allaitaient, signe de grande pauvreté dans la capitale, tandis que 4500 environ, légitimes ou non, arrivaient aux Enfants Trouvés de la rue Saint-Antoine. Cet hospice se chargeait de leur trouver une nourrice, située au maximum à une journée de cheval attelé, tant que faire se pouvait.Mais comment les autres pères trouvaient-ils des nourrices, plus éloignées et moins coûteuses, pour leurs 15 à 16 000 nourrissons. "


Christian De la Hubaudière est un ancien instituteur du Perche. Après avoir écrit une saga sur les faïenciers de Quimper ainsi que d'autres livres sur les faïenceries de Rouen et de Quimper , il s'intéresse au métier de nourrice. Il a déjà publiés 5 romans historiques.


Retrouvez le ici : https://auseindeparis.fr



Estelle @petite-lectrice


74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout